Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

 

 L'origine de la poésie

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



L'origine de la poésie Empty
MessageSujet: L'origine de la poésie   L'origine de la poésie Icon_minitimeJeu 25 Oct - 17:34

Pour une bonne moitié de mes contacts, la poésie c'est un
enfant timide devant une classe entière, tremblant et bafouillant en
essayant de réaliser le triple exploit de se souvenir d'un texte de
Maurice Carême ou Jean de la Fontaine n'ayant pas la moindre
signification pour lui, d'essayer d'avoir l'air le moins con possible
pour continuer à avoir une chance de se marier plus tard avec la
blondinette du premier rang répondant au doux prénom de Clémentine et de
garder un semblant de prestance et de séduction pour la vieille peau
d'institutrice qui t'as dans le collimateur depuis que tu t'es installé
au dernier rang à coté du radiateur le jour de la rentrée...
Bref...C'est pas là que je voulais en venir, remontons à l'antiquité,
chez les grecs; ici, la poésie n'est pas vu comme le travail rigoureux
d'un homme amoureux des lettres mais comme l'inspiration divine accordée
par les muses du cortège d’Apollon, et j'emmerde tous ceux qui
prétendront que celle qui est venue me voir dans mon sommeil est
probablement celle qui a été licenciée pour ivresse sur son lieu de
travail.Bon depuis on a apprit scientifiquement par la grandeur
chrétienne que c'était un Dieu unique qui nous accordait ses faveurs
mais l'idée des muses restait quand même plus exotique selon moi.


-C'est quoi un poète?

Même si une croyance populaire picarde prétend que la poésie, c'est
quand ça rime, on se retrouve assez loin du compte, pour faire simple le
poète serait selon moi l'homme qui parvient à transcender son être tout
entier afin de comprendre la quintessence de l'idée couchée sur le
papier afin de rompre avec le cadre irradiant de la langue tout entière
tournée vers le réceptacle à présent scindé en deux parties, la raison
et le réel (Ne pas chercher trop longtemps la signification de cette
phrase). Cette définition me semble ma foi assez claire, inutile de
compter sur moi pour définir les différents mouvements poétiques, je
hais tellement ça que je me contenterai de définir la plupart des poètes
comme ça:Les poètes de l'histoire (Ronsard, Apollinaire, Verlaine) sont
pour moi des connards d’élitistes prétentieux se satisfaisant de
l'incompréhension générale et des multiples analyses littéraires de
leurs dizaines de lignes réalisées un lendemain de cuite, les mots
volontairement compliqués et les doubles sens renforcés par
l'incohérence globale de leur poème donne l'illusion à ceux qui pensent
comprendre d'appartenir à la race des "gens qui ont toucompri" et de
provoquer chez les autres un complexe d'infériorité factice, je peux
toutefois vous assurer que si vous aviez le droit de signer "Joachim de
Bellay" au bas d'un poème de votre composition, vous auriez la
possibilité de tromper facilement 90% des gens, je vous donne le mode
d'emploi pour y parvenir ci dessous:



3-Les choses à savoir pour faire croire qu'on est poète: Premièrement
les rimes, un poème qui rime, c'est la classe, mais si vous voulez en
jeter un max, plutôt que de faire rimer la première et la deuxième
ligne, faites rimer la première et la troisième ligne tout en faisant
rimer parallèlement la deuxième et la quatrième, c'est ce qu'on appelle
des rimes croisées, mais vous pouvez tenter d'avoir encore plus la
classe avec des rimes embrassées (la ligne une avec la ligne quatre et
la ligne deux avec la trois). Ensuite, le nombre de syllabes est
important, une régularité et une symétrie donneront l'illusion à
n'importe quel néophyte que vous gérez grave, la forme la plus connue,
notamment grâce à une vanne de Panoramix dans "Astérix et Cléopâtre"
est l'Alexandrin, qui prend la forme d'un vers (ligne) de douze syllabes
et gardons une pensée émue pour des types comme Racine qui ont écrit
des pièces de théâtre ENTIÈRES d'Alexandrins, bon, j'aime pas non plus
mais c'est quand même autre choses que ces branleurs de poètes.Les
figures de style sont la clef de voûte de votre poème, noyez vous dans
des métaphores incompréhensibles avec de préférence des mots complexes,
plus vous êtes mauvais et plus vous avez intérêt à surenchérir dans
l'opaque et l'incompréhensible, c'est un procédé qui a fait ses preuves
dans bien d'autres domaines (Politique, philosophie, art...)Voilà qui
devrait normalement suffire, je pourrais en rajouter mais je n'ai aucune
envie de faire durer cet article dont je ne saisi toujours pas la
raison qui m'a poussée à l'écrire.



4- Doit-on détester la poésie?

Non, définitivement, la poésie est omniprésente, et même si les
formes anciennes apparaissent à mes yeux impies comme un bel emballage
trompeur, la poésie demeure dans notre société sous des formes parfois
inattendues, un discours d'Obama, c'est de la poésie, une chanson
d'Oldelaf et Monsieur D, c'est aussi de la poésie, l'indécence de ma
fiche de paye, même si elle relève plus de l'art peut être également
assimilée à une forme de poésie basée sur l'hyperbole et l'ironie...

Pour terminer, prenons quelques exemples de techniques poétiques sur
un sujet commun afin d'apprécier la créativité de ces poètes modernes.:



Orelsan

"Les féministes me persécute, me prenne pour Belzebuth

Comme si c'était d'ma faute si les meufs c'est des putes"

Exemple de rime plate suffisante pour Orelsan qui fait dans l'art de
la provocation gratuite renforcée par une petite faute de conjugaison
rajoutant le côté petit connard de troll et qui me permet d'élever cet
artiste au rang de poète, à écouter d'urgence pour comprendre son art
"Suce ma bite pour la St Valentin"


Jacques Brel

"Et ils pissent comme je pleure
Sur les femmes infidèles"

Très beau texte de Jacques Brel, le dernier couplet est très beau
mais j'ai une préférence sur les deux dernières lignes très fortes de
cette très superbe création.



Les garçons bouchers

"Toutes des putes, toutes des putes, sauf ma mère et ma soeur"Une
introspection dans le bien pensant pour un texte aussi philosophique que
poétique.



TTC

"Le lendemain matin je n'leur dis pas bonjour
Mais casse-toi
Pas de joie pour les salopes
Ca c'est ma loi"

Exemple de la force d'exploration d'un sujet qu'un artiste peut
atteindre, j'ai même galéré pour trouver quatre lignes tout public.



Voilà pour le tour d'horizon, oui j'aurai pu faire mieux, oui,
j'aurai pu faire preuve de plus d'honnêteté intellectuelle et oui je
n'étais pas obligé de citer Orelsan, les garçons bouchers, Jacques Brel
et TTC, c'était hors sujet et grossier.


*Mais c'est éclairé par l'irradiante beauté
*D'une Muse perdue à l'orée de mes rêves
*Que ce souvenir des limbes s'est révélé
*Me faisant son serviteur sans possible trêve

Voila c'était la poésie vu par Pili
Revenir en haut Aller en bas
Yotenka
Admin
Yotenka

Messages : 390
Date d'inscription : 23/09/2012

L'origine de la poésie Empty
MessageSujet: Re: L'origine de la poésie   L'origine de la poésie Icon_minitimeMer 31 Oct - 3:13

Yop, je viens enfin faire une réponse tardive.
Tout ça me fait penser à l'histoire des chèques signés Picasso - la signature ayant à elle seule beaucoup plus de valeur que le montant indiqué au-dessus.

Mais pour répondre à pili en empruntant d'autres plumes que la mienne, je dirais:

La Poésie,
C'est quand le fou rire te prend
Que malgré les menaces du maître
Sous les hués des enfants prodiges
Avec des craies de toutes les couleurs
Sur le tableau noir du malheur
Tu dessines le visage du bonheur

La poésie,
C'est la liberté que l'on garde
comme une perle rare
Qui nous aide à larguer les amarres
pour aller n'importe où
pour aller jusqu'au bout
des chemins de fortune
pour cueillir en rêvant
une rose des vents
Sur un rayon de lune

La poésie,
C'est quand on monte sur son bureau,
Qu'on crie "Oh capitaine Mon capitaine"
C'est sucer la moelle de la vie,
mais sans avaler l'os,
C'est écrire sur rien,
Mais sentir dans ses vers le jour de la création, du jugement dernier et de l'éternité

Alors la poésie ne se trouve qu'en un endroit
Ni partout, ni nulle part,
Mais juste dans l’œil de celui qui la surprend,
Et surement pas dans ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
https://notrealliance.lebonforum.com
 
L'origine de la poésie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rêve des mondes :: Expression libre (hrp)-
Sauter vers: